Histoire

Le Tchad est un Pays contrasté et d'une grande diversité culturelle

  1. Home
  2. Le Tchad
  3. Histoire

L’État du Tchad dans ses frontières actuelles est une création de la colonisation européenne, ses frontières résultant de négociations entre Français et Allemands dans les années 1880. Mais l’espace tchadien possède une histoire riche et relativement bien connue. Il est sans doute un des berceaux de l’Humanité (découverte récente de « Toumaï »). Il a été le siège de trois grands royaumes sahéliens : le Kanem-Bornou, le Baguirmi et le Ouaddaï.

Considéré comme protectorat français à partir de 1900, le Tchad fut érigé en colonie en 1920 dans le cadre de l’Afrique-Équatoriale française (AEF). Sous l’impulsion du gouverneur Félix Éboué, il fut la première colonie française à se rallier à la France libre en 1940 et formait l’embryon de l’Afrique française libre6.

Devenu république autonome en 1958, le Tchad accède à l’indépendance le 11 août 1960 sous la présidence de François Tombalbaye. Celui-ci doit bientôt faire face à la révolte de peuples du Nord, en majorité musulmans, ce qui l’amène à solliciter l’aide des troupes françaises en 1968. Après l’assassinat de Tombalbaye en 1975, le pouvoir échoit au général Félix Malloum, qui doit céder la place à Goukouni Oueddei à la suite de la première bataille de N’Djaména en 1979. En 1980, la seconde bataille de N’Djaména permet à Goukouni Oueddei d’évincer son rival, Hissène Habré, avec l’aide décisive du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Article détaillé : Conflit tchado-libyen.

Après l’échec d’un projet de fusion entre le Tchad et la Jamahiriya arabe libyenne en 1981, les troupes libyennes se retirent dans le cadre d’un accord conclu avec le gouvernement français. En 1982, Goukouni Oueddei est renversé à son tour par Hissène Habré, qui doit faire appel l’année suivante au soutien des forces françaises pour l’aider à contenir une nouvelle invasion libyenne (opération Manta). En 1987, une contre-offensive des forces tchadiennes contraint finalement les troupes libyennes à évacuer le pays, à l’exception de la bande d’Aozou qui est restituée au Tchad seulement en 1994.

En 1990, Hissène Habré est renversé du pouvoir par Idriss Déby, soutenu notamment par la France.

Alors que dans les années 1930, seulement 337 tonnes de coton-graine sont produites, dès 1955 leur production atteint 60 000 tonnes7, pour monter à 100 000 tonnes en 19718 puis 175 000 tonnes en 1975 et culminer à 263 475 tonnes en 1998. À la fin des années 1990, les « compagnies juniors » canadiennes, investies dans plus de 8000 propriétés minières, dans plus de 100 pays, pour la plupart encore à l’état de projet9 multiplient les contrats avec des pays africains parmi lesquels le Tchad.

En 1999, le Tchad s’engage dans la deuxième guerre du Congo, en soutenant le gouvernement de Kinshasa.

Toumaï (fossile inventorié TM 266-01-060-01, TM pour Toros-Menala, région de sa mise au jour) est le surnom d’un crâne fossile de primate découvert en 2001 au Tchad. Il a conduit à la définition d’une nouvelle espèce, Sahelanthropus tchadensis, que certains paléoanthropologues considèrent comme l’une des premières espèces de la lignée humaine, probablement très proche de la divergence ChimpanzésHomininés. Âgé d’environ sept millions d’années, il fait du Tchad aujourd’hui le « berceau de l’humanité » .

En mai 2009 a lieu une autre offensive de la rébellion partant du Soudan.

Le 25 novembre 2018, le président Déby s’est rendu en Israël10, visite d’État rendue à N’Djaména par le Premier ministre israélien le 20 janvier 201911 en vue du rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays12, rompues officiellement en 1972, quoique la coopération mutuelle n’ait jamais cessé11.